ac-reunion.fr                Ecole de la confiance

picto-accueil

Rencontre interacadémique REP+, une journée de bilan de la refondation de l'éducation prioritaire

200 personnels de Mayotte et de l'académie étaient réunis vendredi 4 novembre 2016 au parc des expositions et centre de congrès de la Nordev

200 professionnels de l'éducation prioritaire étaient réunis pour l'interacadémique REP+
La vice-recteur de Mayotte, Nathalie Constantini a présenté la situation de l'éducation prioritaire à Mayotte
Le recteur Vêyoudom Marimoutou a insisté sur les bons résultats au DNB des élèves scolarisés dans les REP+
Jacques Bernardin, docteur en sciences de l’éducation, associé à l’équipe CIRCEFT-ESCOL (Université Paris 8) et président du groupe français d'éducation nouvelle (GFEN) a présenté les travaux d'une études sur les mobiles des élèves face
Des ateliers-débats ont été l'occasion d'échanges entre les participants
Dans les ateliers, chaque problématique était illustrée par un support audiovisuel

Ouverte par la vice-recteur de Mayotte, Nathalie Constantini, le sous-préfet chargé de la cohésion sociale, Gilles Traimont et le recteur de l'académie, Vêlayoudom Marimoutou, cette rencontre est la troisième associant La Réunion et Mayotte, sur la thématique de l'éducation prioritaire.

Cette rencontre interacadémique REP+ avait pour but de faire collectivement un bilan d'étape de  la mise en œuvre de la refondation de l’éducation prioritaire, de présenter et mutualiser des organisations et pratiques pédagogiques réussies sur les principaux enjeux de la refondation, de prendre le temps d’une analyse partagée de l’action conduite en s’appuyant sur les apports de la recherche et les observations des inspections générales. Sa dimension inter-académiques permet une mutualisation plus riche entre les réseaux des deux îles.

Plus de 200 personnels engagés dans les réseaux d’éducation prioritaire ont participé à cette rencontre : Mayotte a dépêché une délégation de 28 personnes et les 21 REP+ de La Réunion étaient également représentés. S'y ajoutaient l’équipe des 12 formateurs académiques de l’éducation prioritaire, des personnels d’inspection, des représentants des associations de parents d’élèves et des représentants des collectivités territoriales.

La matinée a été introduite par une conférence de Jacques Bernardin, enseignant-chercheur, sur le thème du "Rapport au savoir : mieux comprendre la logique des élèves", à partir des travaux menés auprès d’élèves de CE2 et de collège pour identifier les lignes-forces de "ce qui fait la différence" à l’égard de la scolarité, du savoir et en matière de postures face aux apprentissages.

Cette présentation a été suivie par des ateliers-forums, au cours desquels les participants ont échangé autour de trois grandes thématiques : Piloter, organiser, accompagner les temps de travail collectif ; Enseigner plus explicitement  de la maternelle au collège ; Penser l'hétérogénéité.

Michèle Coulon, chargée d'étude au bureau de l'éducation prioritaire de la DGESCO a également participé à l'ensemble des travaux de cette interacadémique. La journée a été clôturée par la correspondante académique pour l'éducation prioritaire, Marie-Claude Boyer-Roche.

Cette rencontre interacadémique a été élaborée par le comité de pilotage restreint de l'éducation prioritaire placé auprès du recteur. L'organisation a été assurée par Brigitte Étienne, chargée de mission Éducation prioritaire et politique de la Ville. Les lycéens de la classe de 1ère de la section de Bac pro Accueil relation clients usagers (ARCU) du lycée professionnel Isnelle Amelin, encadrés par leur enseignante, Élodie Volsan, ont contribué au bon déroulement de la journée.

La refonte de l’éducation prioritaire a été mise en œuvre en 2015, pour réduire les écarts de réussite scolaire entre les élèves des écoles et collèges qui concentrent le plus de difficultés sociales et économiques et les élèves des autres établissements. Elle s’appuie sur des réseaux, les REP et les REP+, constitués par des collèges et les écoles qui leur sont rattachées, choisis sur la base de critères objectifs, qui bénéficient de moyens supplémentaires.