ac-reunion.fr

picto-accueil

Exercice Attentat-intrusion : les collègiens de Jean d’Esme apprennent les bons gestes

Mieux préparer la communauté éducative à faire face aux risques d'attentats, tel était l'objectif de l'exercice qui était organisé le vendredi 2 décembre au collège Jean D'Esme à Duparc, Sainte-Marie.

Vendredi 2 décembre, des élèves suivent des cours dans une salle de classe quand soudain : une sonnerie signalant l’intrusion d’un individu malveillant dans l’enceinte de l’établissement retentit. 

En quelques secondes, professeur et élèves déplacent le mobilier, ferment les rideaux, éteignent les lumières, barricadent la porte d’entrée avant de se réfugier sous les tables en attendant d’être délivrés par les forces de l’ordre. L’exercice, frappant par son réalisme, aura duré en tout, 20 minutes.

« Il s’agit de l’un des volets du Plan particulier de mise en sûreté des établissements scolaires (PPMS) annoncé depuis l’année dernière par le ministère . L’objectif est d’amener l’ensemble des acteurs de la communauté éducative à acquérir les bons réflexes et surtout d’avoir des comportements qui permettent d’apaiser notamment dans les situations de stress ou de panique », explique Christian Ecolivet, inspecteur santé et sécurité à l’Académie.

Éviter les situations anxiogènes, c’est aussi ce qui préoccupe Dominique Fruteau-Razé, la principale du collège.

«Lors du précédent exercice qui a lieu en octobre dernier, nous avons relevé quelques cas d’asthmes chez certains enfants. Un groupe de travail a été formé afin d’améliorer ces points. Résultat, les enfants ont mieux réagi aujourd’hui et ont plus facilement respecté les règles à suivre», indique-t-elle.

Présents au sein de ce comité de suivi, de nombreux parents d’élèves se disent également rassurés. « Il est vrai qu’il y a eu quelques errements lors des premiers exercices. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Mon fils m’a confié que les consignes leur a bien été expliquées par leur professeur et qu’il n’y a pas eu d’incidents dans leur classe. C’est qui est une bonne nouvelle. Reste plus qu’à espérer que l’établissement n’aura jamais besoin de recourir à cette mesure pour de vrai », déclare de son côté Roberto Joséphine.

Inscrite dans le cadre des mesures interministérielles de novembre 2015 sur la sécurité à l’intérieur et aux abords des établissements scolaires, cette opération est la deuxième de cette ampleur à être organisée dans cet établissement de plus de 660 élèves. Un troisième exercice attentat-Intrusion devrait y être organisé d’ici à la fin de l’année scolaire. 

Déroulé du protocole d’alerte

En cas de suspicion sur la présence d’un individu malveillant dans une structure scolaire (école, collège ou lycée), le personnel doit envoyer un sms sur le portable du chef d’établissement. Dès réception de ce message, ce dernier informe la cellule de crise et déclenche dans la foulée l’alerte. L’établissement est fermé le temps de l’intervention qui en général, n’excède pas 20 minutes.