ac-reunion.fr

picto-accueil

Concours Eurêka Maths Réunion : près de 12 000 élèves inscrits cette année

Rendre les mathématiques aussi ludiques qu'un jeu d'enfants pour les scolaires tout en les aidant à développer des compétences dans ce domaine, tels sont les objectifs du concours Eurêka Mathématiques Réunion. Cette année, 12 000 élèves y ont participé. Un succès pour les organisateurs.

Ambiance studieuse cet après-midi au collège Jules Reydellet à Saint-Denis où une partie des élèves participait au concours Eurêka Maths Réunion.


Organisé depuis deux ans dans le cadre de la semaine des Mathématiques, ce challenge a pour objectif d’encourager les élèves à faire les mathématiques autrement.


« Contrairement à l’idée que certains peuvent s’en faire, les mathématiques peuvent être très ludiques. C’est d’ailleurs ce que nous racontent ceux qui y participent depuis deux ans maintenant. Pour concevoir ce concours, nous nous sommes appuyés sur des situations très concrètes ce qui au final donne du sens aux exercices. L’autre point fort qu’il faut souligner reste la liaison inter-degrés. Les élèves de CM1, de CM2 et de sixième travaillent ensemble autour d’un même exercice. C’est aussi tout l’intérêt de ce concours », explique Patrick Courtin, l’inspecteur d’académie, Inspecteur pédagogique régional de mathématiques.

Développer l’appétence des enfants pour les calculs mais pas que. En effet, à travers ce concours les équipes pédagogiques peuvent de manière concrète évaluer les capacités des élèves à résoudre les problèmes et ainsi s’assurer de leur acquis dans cette matière, comme le rappelle Jean-François Salles, l’IA-DAASEN.

 

"Un concours qui pourrait s'exporter dans d'autres académies"

 

« Cette compétition s’inscrit pleinement dans les objectifs d’apprentissage en mathématiques, notamment sur le plan des méthodes et des compétences développées. Elle est l’occasion pour les enseignants d’enrichir les points d’appui d’un enseignement dynamique et motivant des mathématiques, fortement ancré dans la résolution de problèmes, l’activité réflexive des élèves, l’autonomie et l’initiative.


La transversalité nécessaire à la résolution de certains des exercices par les élèves s’ancre dans les objectifs du Socle Commun de Compétences de Connaissances et de Culture. Ainsi, des tâches complexes et problèmes ouverts permettent une réelle mobilisation de savoirs, de savoir-faire et d’attitudes essentielles en mathématiques », a de son côté précisé Patrick Courtin.


Pour cette deuxième édition près de 12 000 élèves de CM1, CM2 et 6e repartis sur toute l’académie ont pris part à ce concours qui suscite de plus en plus d’engouement chez les scolaires.

 

 

« J’aime beaucoup les maths même si je ne suis pas très forte dans cette matière. Mais cela ne m’empêche pas de participer à ce type de concours. D’ailleurs, c’est la deuxième fois que j’y m’inscris », témoigne Cassandra élève en classe de 6 e.

Véritable crack en mathématiques, Mohamed lui avoue y participer par pur plaisir. «Généralement je n’ai que des 18 en maths. Donc c’est facile pour moi de résoudre les exercices », confie-t-il fièrement.

Lancé en 2015 en remplacement de « Mathématiques sans frontières juniors », (ndlr : une manifestation métropolitaine) le concours Eurêka Mathématiques semble avoir trouvé son public dans notre académie et pourrait peut-être bien s'exporter dans d'autres départements tel que Mayotte. Mais en attendant, rendez-vous est dores et déjà fixé pour la troisième édition.